COUCOU LES PETITS LOUPS

Loups de Yellowstone.

Localisation :

  - Le parc national de Yellowstone s'étend sur 3 Etats, l'Idaho, le Wyoming et le Montana. Le parc comporte 5 entrées : nord, près de Gardiner (Montana) ; nord-est, proche de Silver Gate (Montana) ; est, près de Cody (Wyoming) ; ouest, à partir de West Yellowstone (Montana) ; sud, à partir du parc national du Teton, limitrophe.

 

Recensement :

  - Décembre 2003, on comptait 174 loups répartis en 13 ou 14 meutes, selon le dernier rapport connu du service scientifique du Yellowstone.

 

Statut :

  - L'espèce a été réintroduite grâce à 2 opérations de lâchers en 1995 et 1996 ; le loup de Yellowstone fut classé comme " population expérimentale", essentielle à la survie de l'espèce. Sa protection devait perdurer jusqu'à ce que la population soit représentée par 30 couples reproducteurs pendant 3 années. Ces valeurs ayant été atteintes en 2001, le déclassement de l'espèce a été proposé. Au sud de l'autoroute interstate 90, le loup est soumis à des plans de gestion.

 

Période d'observation :

  - Toute l'année, mais la seule entrée ouverte l'hiver est au nord, près de Gardiner (Montana), avec des restriction de circulation. En revanche, de la mi-avril au 31 octobre, le parc et ses différentes boucles routières sont accessibles tous les jours 24/24h.

 

Milieu naturel :

  - Yellowstone, "pierres jaunes", est la traduction du nom Mitzi a dazi que les premiers habitants de la région lui donnait à cause de la couleur des pierres du Grand Canyon. Les 8983 kms carrés du parc national sont classés depuis le 1er mars 1872. Faute de moyens, l'administration du parc fut confiée à l'armée de 1886 à 1 circuit routier fut crée en 1905, Grand Loop Road, pour relier les sites les plus intéressants. Depuis, le réseau s'est étoffé. Déclaré réserve internationale de biophère le 26/10/1976, il est depuis le 8/09/1978 patrimoine mondial de l'Unesco.

 

Les hauteurs de la nature :

  - La chaine des Gallatin, au nord-ouest, les Beartooth Mountains, au nord, les Absaroka Moutains, à l'est et sud- est, les Teton Moutains, au sud, et la massif de Madison sont entourés de sommets de plus de 3000m et de hauts plateaux, le lac et la caldeira de Yellowstone. Au sud-est, le plateau dit "des Deux Océans" rappelle que la ligne de partage des eaux entre Atlantique et Pacifique traverse le parc du sud-est au nord-ouest, Teton National Forest au sud, Targhee National Forest à l'ouest Gallatin National Forest à l'ouest et au nord, Shoshone National Forest à l'est ; 9000 km carrés de forêts entourent et couvrent le parc. Elles abritent une faune riche et diversifiée. On y trouve l'ours noir, le grizzly, le loup, le coyote, le renard roux, le couguar, le bobcat, le raton laveur, la loutre, la moufette, le glouton, l'élan, le cerf mulet, le cerf à queue blanche, le bison, le bighorn, le pronghorn, le porc-épic et le castor.

 

Les sortes de loups dans le parc de Yellowstone :

  - Des loups venus du Canada. Le 21 mars 1995, 15 loups capturés à Hinton (Canada) sont lâchés dans le parc. Après avoir passé plusieurs mois dans de vaste enclos d'adaptation sans aucun contact avec l'homme. Une 2eme opération suivra en 1996, avec 16 loups capturés à Dawson Creek (Canada). En décembre 1998, 10 meutes existent. En 2002, ils ont atteint un minimun de 10 couples reproducteurs.

A la fin de l'hiver 2003, le service scientifique du parc de Yellowstone annonce la présence de 174 loups répartis en 13 ou 14 meutes. Elles portent le nom d'Agate Creek, de Bechler, de Buffalo Fork, de Chief Joseph, de Gibbon Group ou de Mollie's. Certaines sont célèbres, telle celle de Rose Creek, la meute la plus importante jamais recensée à ce jour. Ainsi, en mars 2003, dans la Pelican Valley, la meute de Mollie's attaque un bison mâle. C'est après une longue journée de harcèlement que la meute tuera le bison, avec des dommages, botté violement et projeté à plus de 10 m, l'un des loups pourra ; 2 autres seront blessés, embrochés par les cornes de l'animal.

  - Lamar Valley s'éténd au nord-est du parc en un paysage très ouvert, traversé par des routes que l'on peut emprunter toute l'année. Cette vallée est célèbre aujourd'hui, car la meute de Druid Peak, du nom du sommet proche, s'y laisse régulièrement voir dans son quotidien, fait de déplacement, de jeux et de chasse. Dans cette meute à la fin de l'année 2003 subsistaient 41F et 42F, 2 femelles issues du deuxième lâcher. Agée de 8 ans, 42F connue jadis pour son pelage très sombre, est grisonnante. Il n'existe pas de survivants du lâcher de 1995 ; le mâle 2M a été tué le 31 décembre 2002 par les membres de sa propre meute.

 

La vie des loups avec les hommes dans le parc :

  - Cette espèce si discrète est bel et bien visible dans le Yellowstone. Les loups y ont été observés par 12414 personnes en 2002 et par 9827 personnes en 2003, pendant un total de 415 heures. Pour la sécurité des visiteurs et des loups, le parc national a édité une charte de bonne conduite : des zones interdits d'accès et des interdictions d'arrêt le long de la route de Cooke City ont été établies aux alentours des tanières de la meute de Druid Peak de la Lamar Valley ; les restrictions de circulation temporaires sur certaines pistes et routes protègent les meutes de Mollie's et de Chief Joseph. Prévenir l'apparition de loups curieux de l'homme, les protéger des accidents de circulaion et leur permettre de continuer à traverser routes et pistes sans être harassés par la curiosité des visiteurs. Les loups ne sont plus totalement protégés dans le centre de l'Idaho. Dès les limites du parc franchies, ils peuvent être abattus dans le cadre d'un plan de gestion de l'espèce ou en réponse à des dommages sur le cheptel domestique. En 2003, les loups ont tié 42 bovins, 85 ovins et 10 caprins. Durant la même période, 35 loups ont été tués par les agents des services concernés.

 

Quel avenir pour le loup :

  - Ce pourrait être un voeu, c'est une réalité. Douglas W Smith, responsable scientifique pour le loup de Yellowstone, constate les effets positifs de la présence du prédateur dans le parc national. Il l'appelle "l'effet loup". Les ongulés demeurant moins longtemps pour s'abreuver aux points d'eau, ils endommagent moins les bergers. Des plantes y repoussent, qui attirent à leur tour de nouvelles espèces d'insectes, d'oiseaux, de batraciens. Moins nombreux, les élans consomment moins de pousses d'arbres, laissant cette ressource aux castors. Ces derniers, en construisant leurs barrages, permettent à certaines plantes aquatiques très prisées des ours à leur tour sortie d'hibernation, de réapparaître. Et la chaîne continue. Les coyotes sont moins nombreux et les populations de rongeurs plus dynamiques, permettant ainei un nouveau développement des chouettes, des hiboux et de tous les oiseaux de proie, sans oublier le renard rouge. Et Douglas W. Smith de raconter : "Nous avons vu jusqu'à 135 animaux se nourrir sur une carcasse abandonnée par les loups. Je ne sais pas comment ils faisaient pour se nourrir, avant le retour du prédateur. " S'il fallait une preuve de l'intérêt écologique du loup, la voilà.

 

 

source: Geneviève Carbone

 

 

 

 

 

 

 

 



30/06/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres