COUCOU LES PETITS LOUPS

Loup du Mexique

Localisation :

 

La Blue Range Wolf Recovery Area couvre 11858 hectares. Acheval sur les Etats de l'Arizona et du Nouveau-Mexique (Etat-Unis), elle représente un vaste espace naturel au sein de deux espaces protégés : la forêt nationale d'Apache Sitgreaves et la forêt nationale de GILA.

 

Recensement :

 

A la fin du mois de janvier 2007, la population de loups mexicains comptait 49 individus observés : 31 loups équipés de colliers radio-émetteurs fonctionnels (26 loups répartis dans 9 meutes et 5 loups isolés), auxquels s'ajoutaient 18 loups non équipés. On a recensé 10 loups supplémentaires uniquement par des indices de présence (fèces, empreintes).

 

Statut :

 

Les loups de la Range Wolf Recovery Area sont considérés comme une population expérimentale : elle est protégée jusqu'à ce que les objectifs de peuplement fixés soient atteints, à savoir la constitution d'une population viable, généralement définie par la présence de 30 couples reproducteurs en activité. L'aire de protection s'étend du sud du tracé d l'l40 (autoroute flagstaff-Albuquerque) au nord de l'l10 (Phoenix-Tucson-El Paso), jusqu'aux limites des deux Etats, Arizona et Nouveau-Mexique.

 

Période idéale d'observation :

 

Tout l'année, mais certains accès routiers sont fermés durant l'hiver. Ces restrictions de circulation sont liées à la réglementation des forêts nationales.

 

Le retour du loup au Nouveau-Mexique :

 

Ils avaient disparu du Mexique, mais grâce à 4 décennies d'efforts et à récente et réelle coopération internationale entre le Mexique et les Etats-Unis d'Amérique, les loups mexicains, Canis lupus baileyi, trottent à nouveau en Arizona et au Nouveau-Mexique. Leur population est modeste (59 individus en janvier 2007), et le braconnage sévit durement : 24 loups abattus depuis 1998, dont 7 pour la seule année 2003. Mais ils sont toujours là, hurlant en choeur dans des paysages forestiers ou arides, traçant à nouveau leurs pistes à côté de celles des ours noir et des pumas.

 

Désert et sommets de Gila :

 

Le coeur de la vie sauvage du sud-ouest des Etats-Unis d'Amérique se trouve dans la forêt nationale de Gila. Là, dans les Wilderness area, ces zones dépourvues d'accès routiers, se concentrent des formes de vie étonnantes, diverses et rares, trois zones portent ce nom, dont la Gila Wilderness, créée en juin 1924 à la demande d'Aldo Leopold, un pionnier de la conservation de la nature qui découvrit en abattant un loup que "la lumière verte de leurs yeux ne devrait jamais s'éteindre". C'est le premier espace au monde classé "aire sauvage", et protégé à ce titre. Zones arides, canyons, hautes montagnes sont la promesse de sa richesse végétale et animale, épanouie entre basse et haute altitude.

 

Forêt d'Apache-Sitgreaves :

 

Plus qu'une vaste zone forestière, la forêt nationale d'Apalache-Sitgreaves est un paradis au coeur de l'aridité de l'Arizona et du Nouveau-Mexique : 81000 hectares de hautes montagnes, de forêts verdoyantes et d'eau jaillissante, 1100km de rivières à truites, 34 lacs, les sources de la Black River, du petit Colorado et de la San Francisco River. Une des missions des rangers est la préservation des vestiges préhistoriques et historiques des multiples sites archéologiques de la forêt nationale. d'Apache-Sitgreaves : art rupestre, grottes, pétroglyphes, ancien habitats hopis et zunis. A cette richeesse culturelle s'ajoute une autre vateur patrimoniale, naturelle celle-là : plus de 400 espèces animales habitent les différents habitats, des grands mamifères aux reptiles en passant par les amphibiens, et du bighorn à la dinde sauvage.

 

Quel loup au Nouveau-Mexique :

 

Canis lupus baileyi étaient jadis présents en Arizona, au Nouveau-Mexique et au Texas jusqu'aux Etats méxicains du Michoacan et du Puebla, puis furent exterminés dans toute la partie américaine de leur aire de répartition. En 2004, moins d'une dizaine d'individus vivaient encore à l'état sauvage dans le nord du Mexique. Le loup du Mexique, également connu sous le nom d'el lobo, sensiblement plus petit que les individus des autres sous espèces de loup gris, il pèse entre 20 et 40 kilos, pour une longueur de 140 à 170 cm et une hauteur au garrot variant entre 70 et 80 cm. Son pelage où se mêlent des tons de gris et de brun, est quasiment noire sur le dos et la queue, tandis que le ventre et les pattes ont une délicate couleur sable. Il se nourrit de cerf mulet, de pronghorn et de pécari à collier.

 

La mort d'un loup :

 

La mort du dernier loup d'Arizona fut un déni. Les propriétaires de ranch rejettent la loi fédérale de protection du loup, adoptée en 1973. Ce loup avait un nom, Arapaiva Wolf. Il fut tué dans les Sulphur Springs Mountains en 1975. Des tappeurs, engagés par les services gouvernementaux ou attirés par le montant des primes, s'étaient spécialisés dans l'anéantissement des loups méxicains. La mort de ce dernier loup, après 5 années de traque infructueuse, a rapporté 1000 dollars, une fortune.

 

La réintroduction à l'état sauvage :

 

Leurs parents sont nés dans l'un des 49 zoos, répartit dans tous les Etat-Unis et le Mexique, participant depuis 1977 au Mexican Wolf Species Survival Plan (MWSSP). Ils ont été transportés dans de vastes enclos dans l'un des 3 centres de réadaption à la vie sauvage, le Sevilleta Ranch Wolf Management Facility (Soccoro, Nouveau-Mexique), le Ladder Ranch Wolf Management Facility (Caballo, Nouveau-Mexique), et le Wolf Haven International (Tenino, Washington). Cette période est essentielle pour réduire au maximun les contacts avec l'humain tout en favorisant la construction de couple reproducteurs et la redécouverte de milieux naturels similaires à ceux des sites de réintroduction. Eux n'ont pas connu la vie sauvage, mais leurs petits ont été relachés dès 1998 dans la Blue Range Wolf Recovery Area, et ils vivent encore.

 

Qui vit avec les loups ?

 

La faune de l'Apache Sitgreaves et de Gila, profitant des multiples niches écologiques fournies par des formations végétales variées, est d'une étonnante diversité. L'ours noir occupe les zones forestières en compagnie de cerfs et de dindes sauvages. Le pécari à collier appelé "cochon sauvage". Ils sont présents au sud de l'Arizona et du Nouveau-Mexique au nord de l'Argentine, adulte, il mesure de 100 à 150 cm de long pour 50 à 60 cm au garrot et un poids de 15 à 30 kilos. Il s'est installé dans les buissonnants. Le monstre de Gila est un lézard de 60 cm de long, aux écailles colorés et voyantes, noires, roses, oranges ou jaunes. On les trouve dans les franges désertiques. Le loup, quant à lui, transcende les écosytèmes, comme partout.

 

Les loups et les hommes.

 

Roy T.McBride, c'était un trppeur, un chasseur de prime. Quand un ranch avait un problème de loups, il le réglait, de façon définitive. Parce qu'il a réussi à capturer, après une année entière de traque, Las Margaritas, un loup installé sur le ranch du même nom au nord du Mexique, Roy T.McBride a été mandaté de 1977 à 1980 par le service américain des Fish and Wildlife. Sa mission, capturer vivant les derniers loups du Mexique afin de permettre le démarrage du programme de reproduction en captivité de cette espèce en voie d'extinction. Il parviendra à capturer 5 loups dont une femelle gestante, dans la région de Durango. Ils seront la base de la population captive de l'Arizona Sonora Desert Museum de Tucson, qui comptait 42 loups en 1992.

 

Combat pour un programme de réintroduction.

 

Le Mexicain Wolf Species Survival Plan est un programme de reproduction de loups en captivité dans lequel les Etats-Unis d'Amérique et le Mexique sont engagés depuis 1977. En 1982, le plan de restauration du loup mexicain est publié. Malgré de multiples campagnes d'information, pro et anti-loups s'affrontent, mais en 1986, l'Arizona, puis le Nouveau-Mexique et le Texas définissent les différents sites de lâcher. En 1998, 11 loups mexicains sont lâchés dans la zone 1 de la Blue Range Recovery Area en Arizona. Une 2eme zone est définie, côté Nouveau-Mexique. Elle accueille des loups déplacés car impliqués dans une attaque sur cheptel domestique. Ces transferts sont systématiques afin de minimiser les conflits avec les éleveurs. Les loups sont répartis dans 49 parcs animaliers aux Etats-Unis et au Mexique, 300 loups méxicains demeurent dans le programme d'élevage. Le but est de conserver 240 loups en captivité afin d'assurer le maintien de la diversité génétique de la sous-espèce et de permettre de nouvelles réintroductions si nécessaire.

 

Primes contre tueurs de loups.

 

Le 5/11/2005, des rangers découvraient les cadavres de la femelle reproductrice de la Ring Pack AF799, et d'un Pygargue à tête blanche, récemment abattus dans la forêt de Gila. C'était le 3eme cas de braconnage d'un loup méxicain sur les 47 cas de mortalité connus l'année, et le 24 cas depuis les lâchers de 1998. Le service fédéral du Fish and Wildilfe et le service de l'Arizona Game and Fish offrent une prime de 11000 dollars pour quiconque fournira des informations permettant d'identifier le ou les responsables de ces tirs mortels. Tuer un loup méxicain est une violation de la loi fédérale sur les espèces en danger. La peine encourue est une amende pouvant atteindre 50000 dollars et/ou une année de prison et/ou des compensations financières pouvant s'élever à 25000 dollars. Des associations se sont engagées à fournir une récompense de 35000 dollars, afin que cessent ces massacres. Si, au siècle dernier, des primes étaient offertes pour tuer les loups, aujourd'hui elles sont pour trouver ceux qui tuent les loups.

 

 

source : Geneviève Carbone



18/09/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres